se_module_calendrier_90 - style=default - background=
<<   201604<20173 avril 2017 >20175   >>201804
lun mar mer jeu ven sam dim
          1 /index.php/component/allevents/display/event/default/227-lardab-a-planete-appro?Itemid=168
2
  •  L'ARDAB à Planète Appro
/index.php/component/allevents/display/event/default/227-lardab-a-planete-appro?Itemid=168
3
  •  L'ARDAB à Planète Appro
/index.php/component/allevents/display/event/default/225-assemblee-generale-de-la-fnab-6?Itemid=168
4
  •  Assemblée générale de la FNAB
/index.php/component/allevents/display/event/default/225-assemblee-generale-de-la-fnab-6?Itemid=168
5
  •  Assemblée générale de la FNAB
6 7 8 9
10 11 12 /index.php/component/allevents/display/event/default/226-assemblee-generale-de-corabio-88?Itemid=168
13
  •  Assemblée générale de Corabio
14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 /index.php/component/allevents/display/event/default/228-foire-bio-des-savoie-10?Itemid=168
30
  •  Foire Bio des Savoie
90201704
 
 
 
 
Espace collectivités territoriales

Protection de l’eau

L’agriculture biologique : un choix pour une eau de qualité

mangerbiocestbonpourleau

La Directive cadre sur l’eau identifie la présence de pesticides comme le premier facteur de non atteinte du bon état des eaux d’ici 2015. Le développement de surfaces en agriculture biologique est un des moyens qui permet de réduire les pollutions diffuses agricoles liées aux pesticides. Les prescriptions du cahier des charges de l’agriculture biologique ont été reconnues par les chercheurs de l’INRA comme les plus favorables à une eau de qualité.

En Rhône-Alpes, sur 58 captages d’eau potable prioritaires, 46 sont touchés par une pollution phytosanitaire. Le Grenelle de l’environnement préconise de développer les surfaces en AB pour atteindre 20 % de la SAU en 2020. En 2012, 6,2% de la SAU de Rhône-Alpes est en AB (certifié ou en conversion).

L’exemple de Munich

Afin d’obtenir une eau de qualité et de réduire les processus coûteux de traitement, la ville de Munich a décidé d’agir en amont. Depuis 1991, elle encourage l’agriculture bio sur les 2250 ha de terres agricoles situées à proximité des captages d’eau potable. Les agriculteurs sont accompagnés techniquement et financièrement.

Depuis 1991, 83 % des 2 250 ha de terres agricoles sont passés en bio et de 23, ils sont passés à 107 agriculteurs bio en 2004. Les résultats sur la qualité de l'eau sont visibles : baisse des teneurs en nitrates de 43 % et en phyto de 54 %. Le programme de soutien à l'agriculture bio coûte 750 000 euros / an au service municipal de distribution des eaux de Munich, soit moins de 1 centime d'euros par mètre cube d'eau distribuée. A titre de comparaison, le coût de la dénitrification d'une eau de plus de 50 mg/L (évitée grâce à la politique préventive de Munich) est estimé en France à 27 centimes d'euros par mètre cube d'eau distribuée. Sur le long terme, Munich réalise donc d'importantes économies en encourageant l'agriculture bio.

Le réseau Corabio accompagne les collectivités pour protéger la ressource en eau

Le réseau Corabio propose des diagnostics du potentiel « bio » du territoire particulièrement dans des zones concernées par des problématiques liées aux captages d’eau potable. Cette analyse constitue un outil d’aide à la décision dans le cadre du développement de l’agriculture biologique sur le territoire. Le diagnostic permet de mettre en évidence, sur un territoire donné, les éléments favorables au développement de l’AB ainsi que les freins, et de mettre en place un programme d’actions.

Les critères pris en compte dans le diagnostic sont les suivants :
  • potentiel de production en AB du territoire,
  • potentiel local de consommation de produits AB,
  • état et possibilités de structuration des filières,
  • organisation de la commercialisation des produits biologiques,
  • contexte politique local,
  • pression réglementaire sur le territoire.

Le réseau propose des pistes de travail adaptées à votre contexte et à vos moyens : plan de sensibilisation des agriculteurs, introduction de produits locaux bio dans la restauration collective, protection du captage d’eau, mise en place d’un marché bio...

La mise en œuvre des actions concrètes peut alors débuter, avec toutes les chances de réussite.

Un outil à votre disposition

Le film "Manger bio, c'est bon pour l'eau"


Le court-métrage « Manger bio, c’est bon pour l’eau », réalisé par les réseaux Corabio et Bio de Provence, invite le grand public à s’informer sur la préservation de la ressource en eau et la protection des captages d’eau vis-à-vis des pesticides. Le film est construit autour de témoignages de différents acteurs œuvrant pour la qualité de l’eau sur le bassin de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse (agriculteurs bio, restaurants collectifs, collectivités qui ont fait le choix de développer l’agriculture biologique sur leur territoire…), alimentés par des interviews d’experts tels que Marc Dufumier ou le Dr Pierre Souvet.


Si vous souhaitez organiser une projection-débat autour de cette thématique, contactez Corabio pour obtenir le DVD :

jaquette